Born to backpack (3)

Publié le par greg'n night

Après notre petite aventure de la douche, on part se coucher dans l'optique de se lever le lendemain à 6h30 pour une randonnée de 9h dans les montagnes jaunes. On était plein de confiance...

Deuxième jour, levé bon pied bon oeil à l'heure dite, on prend le bus pendant une demi-heure pour arriver sur le site dès l'ouverture. Après quelques imprévus et après avoir soudoyé un garde, on rentre pour se mettre dans la file d'attente du téléphérique. Non seulement, le parc coute 200 kuais mais il faut rajouter en plus 65 kuais pour le téléphérique. Comme le guide nous "conseille" de le prendre pour arriver directement dans les hauteurs et pousser ainsi la randonnée plus loin, on ferme les yeux. Oui mais voilà, nos vacances étant calquées sur celles des chinois quand tu payes le téléphérique, personne vous dit combien de temps il vous faudra patienter...

Comme je l'ai dit précédemment, il nous a fallut prier le garde de nous faire passer directement dans la file d'attente du téléphérique. Oui, en principe, il existe d'abord une file d'attente avant la vrai file d'attente... Arrivés dans la dernière file, on se dit que ça va aller vite puisque les chinois sont habitués à gérer la masse. Que dal. A raison, de 50 personnes toutes les dix minutes, il nous a fallut 4 heures avant de monter dans ce fichu téléphérique...

En voulant économiser 2h de marche à pied, on en a perdu 4 à attendre dans une file d'attente. J'ai bien cru que j'allais devenir fou. D'ailleurs, j'étais pas le seul. Les chinois se carottent dans tous les sens, du coup les esprits s'échauffent et au bout d'une heure à peine, c'est déjà la baston. Un gang de jeunes filles coiffées de bob fluos, enjambait les barrières mais une chinoise un poil plus agée a pas voulu se faire gratter.Je vous passe les détails. Bref, ça commence à brailler, le ton monte et puis ça se règle à l'ancienne, à grand coups de mandales dans la face.

Qui a dit que les chinois étaient zen? En même temps, c'est compréhensible, on était parqué comme des animaux à attendre pendant des heures avec des chinois qui ont la bonne habitude de gruger sans arrêt. Du coup, baston oblige. Alors pendant qu'elles se tatanaient la gueule, les gardes sur les côtés essayaient, tant bien que mal, de les rejoindre au milieu de la foule.
Mais, pendant que les gardes se dirigaient vers le centre pour séparer les deux furies, ben les chinois ont vite fait le calcul que personne ne les surveillaient plus sur les côtés... Donc, là normal, c'est l'anarchie.

Tous les chinois ont laissé tomber la baston pour se ruer sur les côtés et gruger tout le monde. Tout le monde grugeait tout le monde. Les jeunes, les mères de famille, les vieux, bref, ya pas d'âge pour la gruge. C'est un sport national. Nous mort de rire à voir les gardes débordés, les chinois se ruer sur le téléphérique... Un grand moment de l'histoire.

On arrive finalement, en haut du téléphérique à 12h30, avec la rage d'avoir perdu la matinée dans une file d'attente et le ventre vide. Oui, on a trouvé le pain de mie pour les sandwich mais pas une tranche de jambon ni un bout de fromage. C'est simple, on a même pas trouvé un fruit ou un légume à part quelques bananes et des concombres... On s'est rabattu sur les cacahuètes, les jus multivitaminés, de la banane séchée et du pain de mie sans rien. Que du bonheur.

En plus, vu le prix du parc et l'arnaque du téléphérique, j'ai fait ya pas moyen qu'on fasse pas le circuit des 9h. Du coup, on se l'ait farci en courant... On s'y est même tenu à part l'ascension de deux pics... Pas mal, mais en rentrant autant vous dire qu'on était deux vrai cul de jattes. c'est simple, je sentais même plus mes mollets. Le pire, c'est qu'on avait même pas une minute à perde puisqu'il nous fallait rejoindre Tunxi pour prendre le dernier bus et filer sur Hangzhou.

Ouee, ben le dernier bus, on l'a attendu jusqu'à 9 heures du soir. Pas de surprise, bondé à la chinoise, ils ont osé nous proposer de faire le trajet à côté du chauffeur... Trop d'honneur couillon. Tu crois qu'on va passer 4h de bus dans des marches d'escalier en payant 80 kuais au lieu des 70 habituels pour avoir un lit dans le bus... Toi tu m'as pris pour le roi des pigeons, nan?
Et en plus, c'était une fleur qu'il me faisait. Vraiment trop sympas, j'ai le droit de monter dans le bus et m'asseoir sur les marches pour 10 kuais de plus, après avoir fait les montagnes jaunes en courant. Moi jleur dit pour le bien de la communauté, on va rester à quai. D'une parce que je suis pas encore assez con pour accepter ce genre d'arnaque et de deux, après avoir transpiré pendant deux jours sans prendre de douches, je vous explique pas la petit odeur de fennecs qu'on dégage.

On vote donc pour une solution sage et raisonnable: passer la nuit sur Tunxi dans une vraie chambre avec un vrai lit et une douche. Et là bizarrement, j'ai kiffé la douche et ce malgré la bonde de fond qui n'était autre que le trou des toilettes à la Turc et la vieille odeur de gaz qui s'échappait en utilisant l'eau chaude. Si on craquait une allumette dans cet hotel, on faisait sauter toute la ville.

Enfin, on a passé une nuit des rois au propre pour 3 euros chacun, donc rien à redire...

Publié dans Voyages en Chine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article