11 ans et déjà un grand

Publié le par greg'n night

Il a 11 ans et c'est déjà un grand.
Je donne des cours d'anglais à Hu zong hao, le petit voisin, fils de la marchande de raviolis du quartier. Bien sûr, c'est gratos, vu le quartier je ne pourrai pas leur demander les prix du marché (150 yuans par heure). Et puis, franchement, c'est plutôt lui qui me fait un cours.
C'est là où je me suis rendu compte du fossé entre son enfance et celle des petits européens.
Comme je l'ai dit, Hu zong hao a 11ans mais c'est déjà un grand, presque un adulte.

Ce qui m'a scotché c'est qu'au bout de 10 min de cours, il me crache une de ces dents de lait dans la main. Là, je sors deux billes, le temps de piger ce qui se passe. C'est pas tous les jours qu'on me sort une dent comme ça. Hormi, la finlandaise mais ça c'est une autre histoire (article à venir sur les intox alim des expats).
Il me dit calmement "attend deux sec", se lève et va jeter sa dent par la fenêtre. Prend un peu de dentifrice à côté de l'évier pour se masser la gencive, puis, reviens comme si de rien n'était. Et moi, qui reste encore comme un con à regarder cette scène avec mes billes.
Je me dis: "là mon vieux, tu es en plein dans le fossé de la différence culturelle".
Moi qui aurai couru dans la maison en hurlant "maaaaaaam, j'ai perduuuu une dent". Bon, suis pas sur qu'à onze ans j'attendais encore la petite souris mais je crois avoir gardé mes dents de lait dans un coin... Son détachement le plus total est très caractéristique de la culture chinoise.

J'en profite pour lui parler de la tradition de la petite souris des européens mais il semble ne pas vraiment comprendre cette coûtume. Néanmoins, ce gâmin est super intelligent. Il a plus de vécu que moi à son âge. Comment peut-on connaitre tous les prix au kilo des fruits et légumes à 11 ans? Cette notion de l'argent que moi même je n'ai eu que très tard, peu-être à mon premier job.
Avant, même si j'étais capable de dire, "c'est cher, pas cher", tant qu'on le rapporte pas au coût de l'heure de travail, ça reste une notion assez vague... Il parle comme si il se gérait déjà lui même...
Il m'a même fais un cours de cuisine chinoise. "Tu mets un peu d'huile, tu casses ton oeuf, tu fais revenir tes légumes...". Moi, génération micro-onde, j'ai appris à cuisiner entre potes dans nos soirées étudiantes pour échapper aux déprimes des pâtes au beurre.

Gamin, t'as quoi d'autre à m'apprendre? T'es venu là pour un cours d'anglais mais tu en sais déjà beaucoup... T'as vécu et grandit plus vite que moi. C'est probablement la même chose pour tous tes camarades. Pourtant, tu gardes tes aspirations d'enfant à vouloir me montrer ta chambre ou que je joue avec toi à tes jeux vidéos. Mais tu n'es déjà plus un enfant. Tu sembles être autonome.

Ce qui me fais penser à ce réalisateur chinois qui a du se rendre en France pour acquérir une ouverture d'esprit. Il m'a dit "Vous êtes des artistes. La France, te rend plus créatif mais la Chine te rend plus fort". J'avais déjà compris ces mots. La vie en Chine a pendant longtemps était très dure, semblable à un combat dont on ne connait pas l'issue. La vie en Chine est toujours un combat perpétuel. De nos jours, il faut se battre dans le flot des vélos et du trafic. Il faut se battre au quotidien pour tout négocier. Il faut se battre à chaque fois qu'on prend le métro pour se faire une place ou dans une file d'attente.

Du coup, les chinois en sont devenu individualistes. C'est moi face à la masse. Un paradoxe dans un concept dit communiste. Ils perçoivent leur quotidien comme un combat et ce combat ne cesse jamais. Se distinguer de la masse, voilà finalement la plus grande aspiration des chinois. Sortir vainqueur et être reconnu en héros.

Parce que la vie est dure, ces enfants de Chine sont autonomes, voire blindés. Mais ce qui leur manque, c'est notre ouverture d'esprit, notre pouvoir d'imagination et de création.
Ce gamin qui vient prendre des cours a trop les pieds sur terre.
Mon prochain cours sera donc "quels sont tes rêves", "quels sont tes souhaits pour l'avenir".
D'abord, pour savoir comment il se voit dans le futur, savoir si il a des rêves concrets ou abstraits. Puis, connaître ces motivations pour voir jusqu'où il peut être adulte.
à voir...
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Un joli texte - & tellement vrai !!!<br /> Pourtant, je pense qu'il existe chez les Chinois une notion de conscience collective qui n'éxiste pas chez nous - cette conscience vient parfois faire frontière à cet individualisme. <br /> Chaz
Répondre
G
Très juste et tu viens de remporter le prix du commentaire le plus spirituel.Tu recevras un rubik cube chez toi dans les prochains jours. Merci chaz de ta participation... hehe